Close
CONTACTEZ-NOUS

LXDE : PLUS DE RENDEMENT

Ecrase-t-on un moustique avec une masse ? Parfois oui…

C’est la course effrénée qu’il y a eu sur les fréquences d’horloges des micro-processeurs (CPU) INTEL ou AMD qui on servi comme argument de vente des différents matériels informatiques. Actuellement les constructeurs en sont plutôt du côté de la mémoire vive (RAM) : Plus on en a, mieux c’est. Tout cela est bien sûr lié au progrès technique et à l’amélioration de la qualité et des performances des composants électroniques. Cela permet par la même occasion d’utiliser des systèmes d’exploitation (OS) et des logiciels plus puissants.

Avec ces machines plus performantes, ainsi que le débit internet qui n’a cessé de croître, on ne s’aperçoit même plus des lourdeurs de ces OS ou logiciels, qui pour certains continuent d’évoluer façon « mille feuille », étant donné que la vitesse de traitement est là pour combler le poids de ces mastodontes.

A moins de les utiliser sur des machines de petite configuration… Par exemple, une ancienne machine recyclée en serveur d’archives : on n’image pas le nombre de photos, de documents numérisés, ou de créations de toutes sortes que l’on peut accumuler au fil des années. Et quand le PC principal lâche (avarie sur le disque dur, la carte mère, l’alimentation, etc…) on est soulagé d’avoir une sauvegarde sous la main, à jour, bien entendu… Une vielle machine peut largement se charger de simples « copiés-collés » en réseau interne. Quand le nombre que quelques PC serveurs sera atteint, il sera alors intéressant d’investir dans une baie avec des serveurs lame.

Mais revenons à nos OS et logiciels poids lourd. Tant que l’on réalise nos archivages en réseau à partir d’un PC puissant, on ne perçoit pas trop la lenteur de la machine puisque toute la charge de traitement de l’interface graphique à l’écran n’est pas sollicitée. Cependant, n’est-il pas énervant d’agir par cette interface depuis cette vielle machine, qui avance sûrement, mais à petits pas ?

Bien sûr ! Et parfois c’est nécessaire d’agir directement depuis cette machine. Alors faisons d’une pierre deux coup : gagner en rapidité et en place occupée sur le disque dur.

Nous avons vu des des articles précédents que parmi toutes les distributions Linux ou Unix, il y en avait certaines vraiment adaptées aux PC de petite configuration comme SLITAZ ou TOUTOU Linux. Comme elles sont adaptées à ce genre de PC, l’installation de logiciels supplémentaires est limitée, en nombre ou en version d’un logiciel en particulier (la dernière version ne sera pas proposée lors de l’installation de ce logiciel). Pour une distribution plus « débridée », une distribution « classique » (Debian par exemple) semble intéressante car non bridée dans des installations de logiciels supplémentaires.

En revanche, attention à l’interface graphique : parmi les plus lourdes on retrouvera Gnome, mais surtout KDE, jusqu’à se retrouver parfois avec la même lourdeur que si l’OS était Windows ! Impensable.

L’idée est d’utiliser une interface graphique plus simple et qui donc se charge vite au démarrage avec des temps de réaction également très rapides. Dans cette équipe de formules 1, nous avons Icewm, xfce, wmaker, etc…

 

 

Et parmi certaines interfaces poids plume, il y en a une qui a le vent en poupe, c’est LXDE. Nous l’avons adopté suite à quelques tests, même sur des machines puissantes, ce qui permet d’ouvrir bon nombre d’applications, même très consommatrices en ressources (montage vidéo, retouches d’images, éditions de bandes son).

Résultat :

  • Une ouverture du bureau plus rapide à l’allumage de la machine.
  • Une mémoire vive (RAM) faiblement encombrée.
  • Des lancement d’applications rapides.

 

 

 

 

 

POUR PLUS D’INFORMATIONS
OU UNE DEMANDE SUR MESURE :

CONTACTEZ-NOUS
CONTACTEZ-NOUS…